Les dangers du MP3

 

 

                                                                     

Les baladeurs MP3 sont de plus en plus souvent et longuement utilisés par la population, de façon presque automatique : sur le chemin du lycée, on allume son MP3 - avant de faire ses devoirs, on allume son MP3 - on souhaite s'isoler un peu, on allume son MP3... Les gens oublient cependant que l'écoute prolongée du baladeur MP3 peut nuire gravement à l'audition !

Moins FORT!

La législation actuelle impose que les casques audio ne permettent pas des puissances sonores supérieures à 100dB (le bruit d'une tronçonneuse !). Or, des études statistiques ont montré que certaines personnes écoutent leurs MP3 plusieurs heures par jour à une puissance maximale, ce qui à 100dB est reconnu par les instances médicales comme hautement nocif pour l'apparel chocléaire ! De plus, si on change les oreillettes du baladeur, il peut alors produire un son allant jusqu'à 110 dB et même plus (ce qui équivaut au bruit d'un marteau piqueur placé à un mètre... là, ça devient extrêmement dangereux !).

 Par conséquent, seul le bon sens dicte la conduite à adopter. On peut ajouter que, plus l'exposition à des niveaux sonores élevés est précoce, plus le risque de surdité est important. Là aussi, lorsqu'un enfant de 12-13 ans écoute de la musique très fort avec son baladeur et que cela entraîne une baisse de son audition, la part de responsabilité des parents n'est pas négligeable. On sait que les populations les plus consommatrices de MP3 sont les adolescents et les jeunes adultes, tranche d'âge peu sensible à la prévention sur les lésions irreversibles pouvant êtres induites par un niveau sonore trop élevé (nous parlons en connaissance de cause bien sûr).

Mais peut-étre sommes-nous totalement dans l'erreur ? Que bon sens et bonne volonté caratérisent les gens, que le mot qui les définit le mieux est : "prudence" ? Malgré cela, ils auront quand même tendance à augmenter le volume de leur baladeur ! Petite explication : lorsque l'on écoute de la musique à partir d'une enceinte, les sons graves produits par cette enceinte font vibrer notre abdomen. Les écouteurs d'un lecteur MP3, lorsqu'ils produisent un son (aussi grave soit-il), sont totalement incapables de faire vibrer notre abdomen. On aura donc tendance à augmenter inconsciemment le son de notre baladeur de façon à compenser cette absence de vibration !

 Un risque inattendu?

Mais outre le fait qu'écouter de façon importante de la musique à un niveau élevé provoque une perte de l'audition, l'écoute prolongée de la musique "demi-écremée" comporte aussi un autre risque moins bien cerné : le son au format MP3 est un son très peu varié que l'on pourrait même qualifier de plat, car les fréquences qui n'ont pas été supprimées sont souvent, voire toujours les mêmes, et cela a tendance à rendre notre oreille paresseuse. En effet, cette dernière a pour habitude d'analyser tous les sons présents dans la nature, c'est à dire qui couvrent aussi bien le spectre audible que le spectre inaudible, de la plus faible à la plus forte intensité. Le MP3 et son régime miceur imposé va donc dérègler le fonctionnement "normal" de l'appareil auditif.

 L'appareil auditif est un ensemble d'organes très complexes (cf: petite explication) qui ont une capacité d'adaptation importante à toutes les situations sonores, à la manière de l'oeil dont la pupille se dilate ou se rétracte en fonction de l'intensité lumineuse.

 Exemple : dans un environnement sonore très peu chargé, voire silencieux, l'oreille va accroître naturellement sa capacité à capter les sons de très faible intensité. Vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi enfant, quand vous vous couchiez, vous entendiez tous les bruits de la maison très distinctement (poutres qui grincent, vent dans la cheminée...), et que dans la journée, ils vous semblaient avoir disparus ? Inversement, lorsque l'on sort d'un concert ou d'une boîte de nuit, on a peine à comprendre ce que disent les gens : c'est parce que le niveau sonore à l'intérieur était tel que l'oreille a diminué son niveau de perception pour protéger les organes extrêmement fragiles de l'oreille interne.

  Mais dans le cas de l'écoute prolongée du MP3, cette capacité d'adaptation produit en quelques sortes l'effet inverse sur l'appareil auditif : plutôt que d'être protecteur, ce phénomène devient destructeur. En effet, l'oreille va s'adapter aux sons compressés: absence de relief, bandes entières de fréquences et sons de faible intensité supprimés, effet de masque... face à ce son lyophilisé, prémaché, l'oreille, de retour dans un environnement sonore naturel, ne va plus prendre la peine d'analyser les sons de certaines fréquences et de faibles intensités, puisqu'ils avaient purement et simplement disparu précédement ! Ce phénomène est d'autant plus grave qu'il est irréversible; il se traduit donc par une baisse générale et significative de la capacité de l'oreille à percevoir les sons de faible intensité, réduisant le spectre des fréquences audibles par l'oreille, et ce dans toutes les situations.

Mais plus grave encore, la perte d'acuité auditive n'est pas détectable par le sujet immédiatement, car elle est trop progressive, et rien n'oblige alors une personne à limiter le temps d'écoute et la puisssance du volume de son MP3. Quand le sujet prend conscience de la perte de l'audition, c'est qu'il est généralement un peu tard... Des "hein?!" répétés lors de vos conversations ne sont pas le résultat du succès de "Bienvenue Chez Les Ch'Tis", mais peut-être bien les signes avant-coureurs d'une perte d'acuité auditive. 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

__BM__